Interview : Brigitte Rollet, enseignante et chercheuse, spécialisée dans le cinéma français

En pleine actualité Cannoise, Brigitte Rollet s’exprime sur la place des femmes dans le cinéma.

Brigitte Rollet est enseignante et chercheuse, spécialisée dans le cinéma français, et notamment, dans le cinéma réalisé par des femmes. Suite à son dernier ouvrage Femme et cinéma, sois belle et tais-toi, Ecran total s’est intéressé à son avis d’experte afin de comprendre l’évolution du rôle de la femme au sein de cette gigantesque industrie.

Cette année, au Festival de Cannes, seuls trois films sur les 19 en compétition officielle ont été réalisés par des femmes. Rappelons qu’en 69 éditions, Jane Campion est la seule femme à avoir décroché la prestigieuse Palme d’or pour La Leçon de piano en 1993, même si le prix était alors partagé avec le réalisateur Chen Kaige, arrivé ex æquo avec son film Adieu ma concubine.

Brigitte Rollet constate que les réalisatrices Sofia Coppola, Naomi Kawase et Lynne Ramsay, en lice pour la Palme, ont déjà vu leurs films sélectionnés dans des compétitions parallèles à Cannes. Ces femmes peuvent être qualifiées d’ « habituées » selon Brigitte Rollet, puisqu’ « elles sont venues assez souvent, entre cinq et sept fois » explique-t-elle.

Selon l’auteure, même s’il y a une augmentation des films réalisés par des femmes, le pourcentage devrait être beaucoup plus élevé, au regard du nombre de diplômées qui sortent des écoles : « j’ai l’impression que la parité pour les femmes s’arrête à 25% ».

En comparant le Festival de Cannes à celui de Venise ou de Berlin – qui sont également des festivals Européens et généralistes –, Brigitte Rollet observe, sur le long terme, que plus de femmes ont été sélectionnées et primées dans les autres pays. Selon elle « ces femmes là auraient dû aussi se retrouver à Cannes ». La tendance plutôt masculine est aux yeux de la chercheuse, une « dimension française ».