Interview : Mathieu Debusschère, délégué général de l’ARP

Les chantiers 2017 de l’ARP

 

Mathieu Debusschère, le nouveau délégué général de L’ARP (société civile des auteurs-réalisateurs-producteurs), dévoile les dossiers à venir de l’organisation professionnelle.

La réforme de la chronologie des médias constitue un des enjeux principaux de 2017, « elle a été créée […] pour organiser la rareté dans un système dans lequel la profusion n‘était pas celle qui existe aujourd’hui » explique-t-il.

Lorsque Canal+ à proposé de contracter sa fenêtre à 6 mois, Mathieu Debusschère – anciennement à la direction des relations extérieures du Groupe Canal+ – confie avoir été « plutôt content qu’enfin un acteur propose quelque chose dans le cadre de la négociation sur la chronologie des médias, et propose quelque chose de suffisamment important pour régénérer la discussion autour de cette chronologie ».

Selon lui, la vraie question est « comment réorganiser la chronologie des médias, en tenant compte des nouveaux usages, en s’adressant aussi aux nouvelles génération – pour lesquelles payer pour une œuvre n’est pas une évidence ».

Concernant la taxe dite « YouTube », Mathieu Debusschère reconnaît le travail de L’ARP, qu’il considère comme moteur dans son adoption par les députés. Le jeune délégué général espère qu’elle sera généralisée par la Commission Européenne.

A ses yeux, le fait que « des plates-formes qui tirent profit de la création – et notamment des films – sans participer à leur financement signifie la fin de la production des films telle qu’on la connaît aujourd’hui en France et en Europe ».

Mathieu Debusschère espère de nouveaux partenariats entre les cinéastes et ces plates-formes, qui ne seront pas seulement régulées par la loi, mais aussi par des accords, « nous sommes ouvert à toutes discussion avec ses partenaires » précise-t-il.

Retrouvez l’interview de Mathieu Debusschère dans Ecran Total n°1124, en kiosque le 18 janvier.